Pondichéry, comme un air de petite France !

Pondichéry Tag

Après nos semaines sur la côte Ouest de l’Inde à découvrir les backwaters et le Kerala, nous avons pris le train, traversant toute l’Inde, à la découverte de l’ancienne colonie française, j’ai nommé, Pondichéry !

Pondichéry… Rien que le nom évoquait pour nous tout le passé colonial des Indes françaises.

Pondichéry c’était aussi le symbole des annales de nos années lycée (Oui c’était il y a 10 ans et alors ? … Au secours, ça pique !). Tu sais ce lycée de Pondichéry, celui qui passe toujours son bac avant tout le monde et dont on se fie aux sujets pour préparer l’attaque !

Bref, Pondichéry nous intriguait et sa proximité avec la ville universelle Auroville en faisait un incontournable de cette fin de voyage en Inde.

Malgré une arrivée catastrophe (ça vous tente pas de chercher une guesthouse avec 15kg sur le dos par 35°C pendant 2h) et après 9 guesthouses et 9 « complet », nous nous posons enfin à la Villa Créole, dans une chambre au frais pour 1200 ₹/nuit (17€) ! C’est la première dont nous avions poussé la porte, comme quoi, il faut toujours se fier à sa première intuition ! 🙂

Pondichéry s’impose vite comme notre dernière étape en Inde, exit Madurai et son temple, nous décidons de passer nos 10 jours restants dans cette ville aux accents et aux couleurs anciennement français.

Pondichéry

On est fatigué de l’adaptation culturelle. Pour la joke, Pat’ a une bague tibétaine sur laquelle est gravé le mantra de la compassion… et à chaque fois qu’il commence à pester, juger, s’énerver conter une énième incompréhension culturelle, je lui dis « Touche ta bague ! »… Compassion, compassion !!!

Bon, on doit être rendu à 10 « Touche ta bague ! » par jour… et il va être temps de quitter l’Inde les amis ! Je crois qu’on ne sait plus l’apprécier à sa juste valeur ! Et en cela, Pondichéry en fin de voyage, c’est parfait !

Quelques repères occidentaux (nourriture mixée Inde/Europe, possibilité de trouver du vin et même… du fromage !), une alliance française pour renouer avec les news en français (bon ça, ça nous avait pas manqué en vrai !) et même une boulangerie, « Baker Street », pour des croissants et même du comté sous vide Auchan à 10€ (ce n’est pas une blague…) ! 🙂

Où dormir à Pondichéry ?

Pondichéry

On ne peut que vous conseiller de réserver (et dieu sait qu’on déteste ça nous !) si vous décidez de dormir dans la « vieille ville » encore aujourd’hui appelée « White Town » (Oui, oui, ils ont osé…au secours !). Entre les vacances décalées des 3 zones françaises, les touristes indiens, le week-end et les touristes en vadrouille, les chambres partent vite dans ce tout petit quartier !

Nous servant de notre longue matinée d’arrivée à faire le tour de l’offre disponible en terme d’hébergement à Pondichéry, voici un petit repérage des lieux « sur le terrain ».

Les plus beaux hébergements de Pondichéry :

Les hébergements à éviter de Pondichéry :

Pour un hébergement charmant à Pondichéry, comptez facilement 2000 ₹/nuit (30 euros). Si comme nous, vous êtes « juste » à la recherche d’un endroit propre, entretenu et avec un bon feeling envers le propriétaire, on ne peut que vous recommander la Villa Créole qui est très abordable sans virée au crade !

Un bon resto sur Pondichéry ?

Pondichéry

En 10 jours, nous avons eu le temps de passer en revue plusieurs restaurants de la « White Town » ! Et après réflexion et vote à l’unanimité, notre coup de cœur va au Celine’s Kitchen ! Alors, certes, c’est un peu cher mais leur cuisine est tout simplement géniale (surtout leur poulet !), le service est de qualité dans un super cadre et surtout, surtout… Ils ont du très bon vin ! 🙂

Alors si vous voulez vous faire une petite soirée en amoureux autour d’un bon repas et d’un bon verre de vin, ne cherchez plus, c’est là que vous devez aller !

Si celui-ci ne vous tente pas, vous pouvez aussi opter pour la Plancha, à l’étage de l’hôtel La Marina, qui fait des très bons burgers (avec du vrai fromage) dans une ambiance et un décor made in Hollywood (ou Deauville si vous êtes plus made in France !). L’ambiance est un peu tendue entre staff et patron mais vous pourrez manger une vraie assiette de fromage (et ça, après 4 mois d’Inde, ça n’a pas de prix !). 🙂

Si vous cherchez un bon endroit pour petit-déjeuner tranquillement, foncez au Café des Artistes ! Ils servent des petits déjeuners avec des croissants et des bons sandwichs (faits avec des baguettes !) ! Par contre, ne vous attardez pas au Café de Flore qui est le café de l’Alliance Française. L’endroit est un peu défraîchi et les plats n’ont rien d’extraordinaire !

Tourisme à Pondichéry : 10 jours de farniente et de visites !

Pondichéry Batîment

Premièrement, ce que l’on vous conseille, si, comme nous, vous venez à Pondichéry quand les températures avoisinent les 35°C à l’ombre, c’est de faire le maximum de choses le matin et de passer vos après-midis au frais ! Question de survie…

Institut Français, PondichéryLes lieux touristiques à Pondichéry se regroupent quasiment tous dans la « White Town », partie de la ville où l’on retrouve le plus d’expats et où le français s’entend à tous les coins de rue ! N’hésitez pas à aller faire une balade dans cette partie de la ville, à flâner dans les rues et le parc, à la recherche de l’Alliance Française, du Lycée Français ou de l’École Française d’Extrême Orient. C’est une bonne occasion d’admirer l’architecture et les édifices, encore présents, témoins d’un passé colonial pas si lointain que cela…

Faîtes un arrêt au Musée de Pondichéry (50 ₹ l’entrée, soit 0,70€) qui retrace l’histoire de la ville et de ses environs, avec de nombreuses pièces consacrées à la période coloniale ! Il ne casse pas trois pattes à un canard mais ne ratez pas dans la première salle, la collection de pièces de divers pays à diverses époques !

Continuez par le temple Arulmigu Manakula Vinayagar où Lakshmi, l’éléphante en résidence pourra vous caresser la tête, signe de bénédiction, contre quelques roupies et cela avant 12h30 ou entre 16h30 et 19h30. Lorsque nous étions à Pondichéry, Lakshmi était malade (et le temple en travaux) donc nous n’avons pas eu cette chance ! 🙂

Rejoignez ensuite le front de mer pour vous laisser aller au gré des vagues (et des vendeurs !) et admirez la statue de Gandhi ! Lors de notre passage, non loin de l’ancien Hôtel de Ville (aujourd’hui détruit), se tenait une exposition d’artistes et un marché d’art dans le cadre du Pondichéry Heritage Festival. L’occasion pour nous de nous familiariser à la peinture d’artistes indiens ! C’était une super trouvaille et on a même trouvé le Dali made in India (qui peint des tuktuks déformés, ce n’est pas une blague !). 🙂

PondichéryLes petits stands de création locale nous permettent de faire quelques petits achats (histoire de remplir une nouveau carton en direction de la France… 4 mois en Inde, 40 kilos envoyés !) comme un Ganesh en noix de coco, un nettoyeur de langue (c’est vraiment un objet qui nettoie la langue, tapez le dans Google !) et des perles pour Mimie (oui faut pas déconner Bree Van De Kamp est loin mais jamais trop quand même !).

Dans le cadre de ce même festival, nous assistons le soir même à un concert de jazz à l’Alliance Française (Attention grand moment de l’élitisme made in France en vue !). Le concert est vraiment sympa et l’ambiance est super ! C’est agréable de se retrouver dans un environnement francophone dont on s’est éloigné depuis plusieurs mois maintenant ! Bon, tout allait bien, jusqu’à ce que la personne en charge du concert et le consul nous fassent un discours dont seuls les Français ont le secret…

Avec le recul, c’est tout un art de plomber une ambiance avec la LECTURE (et on insistera bien sur ce mot !) d’un discours ennuyeux à mourir pendant 20 minutes… Le bon goût de l’élitisme à la française en prime (tiens si on faisait une rangée au premier rang avec QUE les organisateurs et les représentants de la France !). 🙂

Le centre culturel SITA ou notre endroit coup de cœur à Pondichéry !

SITA centre culturel Pondichéry

Vous vous doutez bien que la visite de la « White Town » ne nous a pas pris 10 jours et que nous avons eu le temps de voir autre chose !

Notre temps libre nous l’avons passé, en grande partie, au centre culturel SITA ! Ce centre culturel, créé par Fleur en 2012, est véritablement une initiative géniale qui permet à chacun de suivre des ateliers artistiques, de prendre des cours de cuisine et de langues ou encore de profiter d’une pause massage, tout cela au même endroit avec un accueil chaleureux et souriant ! 🙂

Nous avons donc, durant notre semaine, expérimenté, tour à tour, une séance de réflexologie, un atelier d’apprentissage du kollam avec Anita (350 ₹/pers soit 5€), une initiation à l’ayurvéda avec Fleur (850 ₹/pers – 12€) et enfin un cours de cuisine avec Manisha (1000 ₹/pers – 14,50€) ! 🙂

Marché PondichéryToutes ces activités ont été des superbes expériences d’apprentissage de la culture indienne ! L’initiation à l’ayurvéda de 3h, nous a permis de dresser notre « dosha » de base, à savoir notre constitution, afin de déterminer notamment ce qui était le mieux pour nous au niveau alimentaire ! 🙂 Très sympa et intéressant d’en apprendre un peu plus sur cette médecine indienne utilisée depuis des générations…

Le cours de cuisine avec Manisha a fait de nous des nouveaux adeptes de la cuisine de l’Inde du Sud ! Au menu ? Curry d’œufs, curry de légumes et dessert à base de carottes ! On commence par faire le marché le matin vers 10h, puis aux fourneaux jusqu’à 14h et on finit par notre repas préparé dans la joie et la bonne humeur !

On remercie SITA, Fleur, tous les intervenants et toute l’équipe pour leur accueil, leur bonne humeur et ce super centre culturel qui est pour nous un passage obligé si vous décidez de poser vos valises à Pondichéry ! 🙂

Auroville, bienvenue dans la ville universelle !

À quelques kilomètres de Pondichéry, se trouve Auroville.

Auroville, PondichéryAuroville, c’est tout d’abord un projet. Celui de Sri Aurobindo et d’une française, appelée « La Mère », qui, dans les années 1950, décident de créer une cité universelle, autour de valeurs communes où chaque humain est le bienvenu et où l’argent n’a pas sa place.

Cette utopie prend forme en 1968 avec la création d’Auroville et plus tard de son « centre » : le Matrimandir. Ce monument serait un peu similaire à une immense salle de méditation version vaisseau spatial. Aujourd’hui, près de 3000 personnes et 49 nationalités vivent ensemble dans cet espace. Bon, on ne vous cache que l’ambiance « sans argent » a disparu, en témoignent les magasins implantés aux abords du Visitor Centre, mais l’atmosphère de communion et de paix règne toujours ici.

Nous sommes venus une première fois pour prendre nos marques, visiter le petit musée explicatif au Visitor Centre, et aller observer le Matrimandir et ses jardins. Pour ce dernier, il vous faut prendre un pass gratuit au Visitor Centre et visionner une courte vidéo explicative du bien-fondé d’Auroville. La balade 20 min pour nous rendre au point de vue est très agréable entre les différentes stèles représentant les valeurs de la ville universelle et la pause autour du banyan tree, arbre immense, dont celui à côté du Matrimandir est le véritable cœur géographique de cette utopie. Le point de vue sur le Matrimandir est un espace silencieux et ce monument en impose de par son immensité et son futurisme… Un beau moment de paix en perspective…

Auroville Pondichéry

Si vous voulez méditer dans le Matrimandir, il vous faut prendre rendez-vous ! Nous allons donc prendre rendez-vous pour le jeudi suivant. Rendez-vous pris à 9h devant le Visitor Centre. Assurez vous de ne prendre que le strict minimum avec vous ou préparez vous à déposer vos sacs et autres à l’entrée des jardins. La visite commence par une vidéo (encore une) expliquant plus en détails Auroville puis vous prenez un bus jusqu’aux jardins. Là, accompagné d’un guide, vous pourrez entrer dans le Matrimandir pour méditer durant une quinzaine de minutes…

Auroville Pondichéry ValeursUne expérience particulière vous attend. Déjà, le Matrimandir ressemble, de l’extérieur comme de l’intérieur, à un vaisseau spatial. Vous serez amené par groupe jusqu’à la salle au centre.

Dans le noir quasi-complet (et le froid…), vous vous assiérez en cercle autour d’une boule traversée par un rayon de soleil qui est le seul éclairage de la salle… Les 15 minutes suivantes m’ont paru passer en 2 minutes tant j’ai complétement D.É.C.O.N.N.E.C.T.É ! Le silence, l’énergie et les vibrations qui émanent de cette salle sont indescriptibles et je conseille vraiment à tout le monde d’avoir un jour la chance de vivre un tel moment…

Après votre méditation, vous ferez le tour des jardins et retrouverez votre bus… L’expérience sera finie mais vous pourrez réitérer tant que vous voudrez durant votre séjour (de Pondichéry, comptez 600 ₹, soit  9 euros pour vous rendre en taxi jusqu’à Auroville, attente du chauffeur comprise pendant 3h) !! 🙂

L’Inde se termine mais un petit temple s’impose avant le départ !

Mamallapuram Pondichéry Temples

Pondichéry et ces 10 jours signent la fin de notre épopée indienne après 4 mois pile-poil de découvertes, de culture, d’aventures et nous prenons un taxi direction Chennai !

Sur le chemin, nous nous arrêtons quelques heures à Mamallapuram pour voir ces temples (oui, on n’avait pas eu notre dose et il fallait bien qu’on finisse par ça pour boucler la boucle !) et finir sur une petite touche culturelle ! 🙂

Mamallapuram Pondichéry TemplesLes temples de Mamallapuram sont vraiment une belle surprise et la ville dégage une bonne vibe même si nous n’y passons que deux petites heures ! Du Sea Shore Temple au Five Rathas en passant par Arjuna’s Penance, vous en prendrez plein les yeux tant les monuments sont imposants et d’une extrême finesse u niveau des détails !

Petite astuce, le billet d’entrée de 250 ₹ (3,5€) que vous achetez à l’entrée, vous sert pour tous les monuments de Mamallapuram ! Ne vous privez pas ! 🙂

Ça y est, l’Inde se termine les amis et nous prenons l’avion de Chennai vers de nouvelles aventures… Devinez où ? N’étant pas à un changement de plan près, nous avons effacé le Laos de nos plans et filons pour l’Indonésie et plus précisément pour Bali ! On a besoin de cocotiers et de plages aux eaux translucides… 🙂

En attendant nos aventures balinaises, retrouvez notre dernière étape indienne en vidéo !

Mots clés qui ont permis de trouver cet article :

  • entrer dans le matrimandir

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge